Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 02:03

Histoire du Ferrum Noricum (2)

Histoire d'un fer qui était acier :

         le Ferrum Noricum

3.3  La zone de réduction du bas fourneau .

 

Les dimensions de la zone de réduction du bas fourneau sont fixées

 - pour le  diamètre,  par la construction du bas fourneau.  

 - pour la hauteur, par le réglage du bas fourneau: rapport combustible /minerai et dans une moindre mesure celui de l'intensité de soufflage: Ces deux réglages  fixent la position du "point " ou "niveau de fusion".  Un excès de charbon ou une trop forte intensité de soufflage ont  pour effet de déplacer vers le haut ce niveau de fusion et donc de réduire le volume de la zone de réduction  (Karsten-Voltz, 1838).

 

Le "niveau de fusion" au haut fourneau et bas fourneau

Dans un haut fourneau dédié à la fabrication de fonte blanche lamelleuse, de hauteur donné, les zones de réduction et de fusion sont partagées par un "niveau de fusion" dont la position est fixée par le rapport C/M de la charge et dans une moindre mesure par l'intensité de soufflage. En dessous de ce "niveau de fusion" (approximativement l'isotherme 1200°C), le laitier se forme et s'écoule vers le creuset. Un excès de charbon ou une trop forte intensité de soufflage ont  pour effet de déplacer vers le haut le  niveau de fusion et donc de  réduire le volume de la zone de réduction. (Karsten-Voltz 1838, 468-469).

La notion de "point" ou "niveau de fusion" est due à Karsten et Stengel, expérimentateurs au haut fourneau. Elle est  transposable au bas fourneau : sur la coupe d'un bas fourneau en fonctionnement le" niveau de fusion" correspond  à l'isotherme 1200°C   (Pleiner 2000, 134, fig 33)

 

Acier primaire au bas fourneau  et fonte blanche lamelleuse au haut fourneau.

Selon Pleiner, la carburation du fer donnant l' "acier primaire"  se fait au bas fourneau au dessus de ce niveau de fusion donc dans la zone de réduction et subit dans la zone de fusion une oxydation partielle. La formation d' "acier primaire" requiert le respect de certaines dispositions:  "In the light of our knowledge , the manufacture of primary steel requires high-grade iron ore (a high Mn content is especially favourable) with a fuel-to-ore ratio higher than 1:1 (e.g. 1.5:1) while the iron should be protected against secondary reoxidation by suitable systems of air-ducts (Pleiner 1969a; Pelet 1992). Again a prolonged residence under conditions described above is extremely important." (Pleiner 2000, 137)

 

Karsten explique qu'au haut fourneau pour fabriquer de la fonte blanche lamelleuse,  on recherche des minerais de fer contenant des matières aisément fusibles comme MnO, plus la température est élevée dans la cuve du fourneau,  plus haut les  oxydes métalliques se réduisent  et le métal se carbure, avant que la charge ne soit descendue jusqu'au "point" ou "niveau de fusion" . En dessous du niveau de fusion , un certaine quantité de laitier très  fluide  grâce au MnO qu'il contient,  protége la fonte  de l'oxydation lors de son passage devant la tuyère (Karsten 1827, 213-215).

 

En augmentant la charge de minerai du haut fourneau, la fonte se refroidit et devient de la "fonte blanche grenue"   d'allure plus froide que la fonte blanche lamelleuse  et contenant  moins de manganèse et de carbone combiné que cette dernière.  Au bas fourneau, il est vraisemblable  que le fondeur de Ferrum Noricum applique spontanément un réglage donnant la fonte la plus froide, c'est-à-dire de de la fonte blanche grenue.

"Primary steel"  ou "Fonte blanche grenue ", se forment ainsi respectivement dans les  zones de réduction du bas fourneau ou du haut fourneau à une température inférieure à 1200°C

 

Réduction indirecte et directe au haut fourneau en allure habituelle de fonte lamelleuse.

 En cas de surcharge de minerai,  le  haut fourneau en allure habituelle  de fonte blanche lamelleuse produit de la fonte blanche grenue. En cas de surcharge extrême,  MnO ne se réduit plus et on obtient du fer malléable solide, au lieu de  fonte liquide.

 Le phénomène est décrit par Stengel qui l'a observé au cours de ses essais:

 " Il arriva qu'après une coulée, il resta dans le creuset une masse de fer affiné qu'on n'en put pas retirer. … On pratiqua un trou assez large dans le voisinage des étalages  pour pénétrer jusque dans l'ouvrage : le minerai qu'on en retira n'était point fondu ; les arêtes des morceaux n'étaient pas même arrondies, mais le fer était complètement  réduit jusque dans l'intérieur des masses, et il était si mou qu'on le coupait avec un couteau …". (Stengel 1828, 273).  Il y a donc un réglage limite  du niveau de fusion au-delà  duquel MnO ne peut plus se réduire,  le métal produit passe d'une fonte liquide à un  fer malléable  solide , le mode de réduction passe de  la réduction indirecte à la réduction directe,  le mode de fonctionnement du haut fourneau passe à celui de bas fourneau. Ce phénomène permet de comprendre le fonctionnement du bas fourneau de Semlach Eisner reconstitué  à partir de relevés archéologiques (Cech 2008).

 

Fonctionnement du bas fourneau type Semlach Eisner

La  figure 8 montre le fonctionnement d'un bas fourneau type Semlach Eisner. La zone de réduction comprise entre le niveau de chargement et le niveau de fusion a une hauteur de 70 cm environ.  La forme bulbaire du creuset, et la disposition des arrivées de vent, protègent de l'oxydation une fonte qui descend vers le creuset protégée par un laitier primaire très fluide. 

 

 

 

Figure 8. Fonctionnement du bas fourneau type Semlach Eisner.

 

Ferrum Noricum 8 final 

 

 

     

3.3.1. Laitier primaire et laitier final au bas fourneau

 

La hauteur totale du bas fourneau est d'environ  1.60 m  contre 4.50m pour le haut fourneau de Lohe;

sa  zone de réduction  a une hauteur de 0.80 m contre 3.10 m.

La hauteur et le volume  de la zone de réduction du bas  fourneau ne permet pas d'effacer comme au haut fourneau les effets de l'hétérogénéité du minerai.

 Certains morceaux  pauvres en silice et/ou manganèse descendent sous le  niveau de fusion  et ne fondent qu'au voisinage de la zone de combustion. 

Certains morceaux sont réduits en fonte blanche grenue dans la zone de réduction et libère des éléments scorifiables qui sous le niveau de fusion fondent rapidement en  donnant un laitier "primaire" très fusible qui descend directement vers le creuset en accompagnant  la fonte formée qu'il protège  partiellement de l'oxydation.

Ce laitier primaire pauvre en FeO est en équilibre avec la fonte produite 

 

3.3.2. Remarques sur la réduction du minerai spathique manganèsifère au haut fourneau: différences avec la réduction au  bas fourneau.  

 

En allure normale de fonte blanche lamelleuse,  le haut fourneau produit un laitier parfaitement réduit ne contenant plus que des traces de FeO (Karsten 1827, 219) . Ce laitier est en équilibre avec la fonte: aucun de ses composants n'est susceptible  de la décarburer et d'oxyder le manganèse qu'elle contient.  A Lohe en 1833, la fonte contient 4% environ de carbone et 5 à 7% de manganèse, tandis que le laitier est composé de 66% de SiO2, 26% de MnO, 7.5% de Al203 et seulement  des traces de FeO (Diday 1833, 147). Douze ans plus tard  le minerai du Stahlberg  contient 3.5% de SiO2,  44.4% de FeO et  10.3% de MnO. Il est consommé dans un haut fourneau de 4.50 m de hauteur (3.10 de cuve pour 1.40 d'étalages)  après grillage et ajout de fondant calcaire. Il donne une fonte à 5% de carbone entièrement combiné et autant de manganèse allié au fer. Grâce au manganèse le laitier  qui ne contient que 1.0% de FeO, est très fusible . (Houpeurt, 1845, 365)

 

Les dimensions de la cuve du haut fourneau  permettent une répartition radiale  du minerai  qui agit sur la répartition du gaz  et la distribution des zones de ramollissement et fusion du minerai (Gudenau 1980, 541). Il en résulte suivant  la hauteur et le rayon de la cuve une distribution dissymétrique  du minerai  qui favorise son  contact avec le gaz, son échauffement  et  sa réduction,  et donc un traitement beaucoup plus régulier de  l'ensemble de la totalité de la charge de minerai.

Au contraire, les dimensions de la cuve du bas fourneau ne permettent pas l'homogénéisation de  la charge de minerai  qui se présente au niveau de fusion, ou bien réduite en fonte liquide et  éléments scorifiables solides, ou bien  non réduite.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Le passage de la réduction indirecte à la réduction directe au haut fourneau à l'occasion d'une marche en extrême surcharge de minerai  observé par Stengel permet de comprendre le fonc-tionnement du bas fourneau de Semlach Eisner.

Les morceaux de minerai dépourvus de silice et de manganèse se présentent au niveau de fusion tels que Stengel les décrits (voir supra, p.10): " le minerai… n'était point fondu ; les arêtes des morceaux n'étaient pas même arrondies, mais le fer était complètement  réduit (à l'état de fer malléable)  jusque dans l'intérieur des masses. …" (Stengel 1828, 273).

Dans la zone de fusion, ces morceaux ne fondent qu'à proximité  de la zone de combustion où le fer malléable qu'ils contiennent  est rapidement oxydé en FeO et peut être suroxydé.

 

 

3.3.3. La réduction du minerai de fer spathique manganèsifère au bas fourneau

 

Dans cette hypothèse réétudiée, la zone de réduction qui occupe la  partie supérieure du bas fourneau  est  comme au haut fourneau,  comprise entre le niveau de chargement  et  le "niveau de fusion",  en dessous duquel se forme le laitier et qui correspond sensiblement à l'isotherme 1200°C.

Les dimensions de la zone de réduction du bas fourneau empêchent que la réduction y soit complète 

Comme au haut fourneau (Karsten 1830, I, §317;  1828, 260), la fonte, contenant fer et manganèse réduits sous forme de carbures, se forme  entre 1100 et 1180°C°C sort liquide de la zone de réduction comme le montrent les reconstitutions expérimentales (Straube 1964, 25, fig. 10). Sort également de la zone de réduction du minerai qui a échappé à la réduction soit totalement, soit partiellement.

 

L'intervention du manganèse dans le procédé

Parmi les archéologues contemporains, la plupart limitent le rôle de l'oxyde de manganèse au bas fourneau à un passage direct dans le laitier qu'il rend moins oxydant que l'oxyde de fer, d'autres contestent sa réduction tout  en observant ses effets  (Truffaut 2008, Proceedings Huttenberg 2008, à paraître),  d'autres enfin constatent la réduction de l'oxyde de manganèse (inclusions de sulfure de manganèse) sans l'expliquer ou en évoquant  un mystérieux mécanisme catalytique (Cantelaube 2005, 285).

En fait, quelques années seulement après la découverte de la nature métallique du manganèse, Vergnies de Bouisschère, maître de forges  dans les Pyrénées ariègeoises confirmait que la forge catalane ne produisait  d’acier qu’alimentée avec de "belles mines spathiques noires... abondamment chargées de manganèse" (Picot de la Peyrouse, 276.). Quelques années plus tard, il écrivait  à un correspondant que pour traiter un minerai par la méthode catalane, il fallait que ce minerai soit bien fusible et  "porte en lui-même son fondant..qu' alors il se forme  au bas de la zone de réduction une voûte de  "mine agglutinée, qui s'étend aux deux tiers du feu. La flamme concentrée sous cette voûte fait tomber la fonte en larmes…" (De Dietrich 1785, lettre de Vergnies de Bouisschère du 4 août 1785 à de Dietrich).

Quarante ans après  Vergnies de Bouisschère,  Karsten écrivait  que "les minerais manganè-siféres étaient particulièrement disposés à donner de l’acier et que cela leur a valu le nom de mines d’acier,  par l’effet du mode de combinaison du carbone avec une forte dose de manganèse"  (Karsten 1830, §291).

L''avis des métallurgistes des XVIIèmeet XVIIIème observateurs du comportement du man-ganèse à la forge catalane ou au haut fourneau produisant à grande échelle  de la fonte blanche lamelleuse, confirme notre hypothèse de 2008 qui s'appuie sur des travaux archéologiques contemporains : c'est la formation dans la zone de réduction de  carbure mixte de manganèse et de fer suivie d'une oxydation partielle de ce carbure mixte dans la zone de fusion qui rend possible la fabrication du Ferrum Noricum au bas fourneau. .

Cette conclusion s'appuie sur plusieurs travaux d'archéologie expérimentale  dont les auteurs doutent souvent de la réduction du manganèse au bas fourneau  à cause de sa plus grande affinité pour l'oxygène que le fer (Truffaut 2008, à paraître).

La différence entre  haut fourneau en allure de fonte lamelleuse et bas fourneau consommant le même minerai spathique manganèsifère, est qu'au bas fourneau tout le FeO n'est pas réduit. FeO n'est présent dans les laitiers de haut fourneaux de Lohe ou de Hamm qu'à raison de quelques pour-cent, voir de traces.

Au bas fourneau de Semlach Eisner, le laitier final qui accuse une teneur en FeO de 55% est    incompatible avec une réduction de MnO. Mais ce laitier s'est formé sous le "niveau de fusion".  Dans la zone de réduction du bas fourneau une fonte contenant du manganèse métallique présent sous forme de carbure mixte (Fe,Mn)3C  peut se former comme le montre l'exemple de la forge catalane et d'autres. Dans cette zone les éléments scorifiables libérés par la réduction  et le minerai  non ou partiellement  réduits restent sous forme solide, incapables d'empêcher la réduction partielle de MnO.

 

 

3.4. La zone de fusion du bas fourneau

 

La forme du bas fourneau qui s'élargit au niveau des arrivées d'air et l'inclinaison des orifices de soufflage libère  le centre de cette zone de fusion où  s'écoule la fonte qu'une oxydation partielle  transforme en acier  (cette oxydation touche d'abord le carbure de manganèse, puis une partie du carbone restant). Les analyses des  produits métalliques découverts sur le site: bloom  ferritique et morceau de fonte  (Preszlinger 2008, 239-241), fragments de fonte blanche, grise, et truitée, acier hyper-eutectoïde (Birch, to publish, ,2)  correspondent d'ailleurs à des produits  intermédiaires entre la fonte blanche fusible pénétrant dans la zone de fusion et le Ferrum Noricum final . 

La fonte est accompagnée d'un laitier "primaire" très fluide qui se se forme très rapidement  sous le niveau de fusion à partir des matières scorifiables libérés par la formation de la fonte. Ce laitier  s'écoule vers le creuset en protégeant partiellement la fonte de l'oxydation

 Les produits finaux sont un bloom d'acier et un laitier "final"  à point de fusion élevé. Ce laitier final  se forme à partir de laitier  primaire,  et de minerai cru ou partiellement réduit (FeO et matières scorifiables). 

 

Manque de fusibilité du laitier final conséquence de l' hétérogénéité du minerai chargé.

Les archéologues constatent qu'au contraire du laitier primaire,  le laitier final est très peu fusible. La température du laitier final à Semlach-Eisner est  comprise entre 1260 et 1500°C (Prezlinger 2008, 235) et celle de Knappenberg estimée à 1375°C dans le tableau n°1. Cette température élevée indique que pour donner le laitier final, le laitier primaire a digéré dans la partie la plus chaude de la zone de fusion (zone de combustion  devant la tuyère,  frange c)  une certaine quantité de minerai est sorti  de  la zone de réduction cru ou partiellement réduit.

Cette part du minerai chargé, très peu fusible,  qui a traversé  la zone de réduction uniquement en s'y'échauffant  ou en n'y subissant qu'une réduction partielle reste donc à identifier.

 

L'analyse du minerai de Semlach Eisner, calculée d'après celle du laitier final  le situe sur le diagramme SiO2/MnO/FeO, entre les isothermes 1200 et 1300°C (figure 2), donc comme un minerai relativement fusible.  Mais à l'échelle du morceau la forte hétérogénéité du minerai (présence ou non de silice, d'oxyde de manganèse…)  donne  des résultats  d'autant  plus différents que cette hétérogénéité échappe pratiquement au fondeur  (Nau 2008, 272 & 279) : l'absence de silice et d'oxyde de manganèse dans un morceau deminerai déplace le point représentatif  de ce  minerai vers  les isothermes 1300-1400°C du diagramme.

 

 En conclusion, le minerai consommé aux bas fourneaux de Semlach-Eisner, Knappenberg et Altbergbau est formé de deux parts que les opérateurs,  antiques ou modernes ne peuvent séparer.  Une  part contenant à la fois FeO, SiO2 et MnO se réduit et fond facilement en donnant une fonte manganèsée à l'origine du Ferrum Noricum et un laitier très fluide. Une autre part constitué de minerai dépourvu de SiO2 et MnO, très peu fusible,  ne peut fondre qu'au niveau des zones de combustion . Le diamètre agrandi  de la partie basse du bas fourneau et  l'inclinaison des entrées d'air créent les conditions d'un appel du minerai partiellement ou  non réduit vers les zones de combustion dans la frange il peut fondre en s'écartant de l'axe central du bas fourneau (figure 2).

Le fer contenu l'est totalement sous forme FeO, soit qu'il s'agisse de minerai cru, soit qu'il s'agisse de minerai partiellement réduit.                                         

Ainsi, s'explique les températures de fusion élevées du laitier de bas fourneau déduites des résultats de Preszlinger : 1260-1500°CC, Nau 1425°C, ou Fillery-Travis : ces températures  élevées correspondent  à la fusion la fraction de minerai peu fusible, supplémentaire à celui strictement  nécessaire à la production du Ferrum Noricum .

Dans le cas de Semlach-Eisner la comparaison entre les valeurs mesurées par Preszlinger  et la température estimée sur diagramme de 1250° résulte du fait que le laitier essayé par Preszlinger est un laitier coulé et refroidi : la refusion  pour essai amène la phase la plus fusible du laitier à fondre la première  à partir de 1200°, la phase wüstite fondant la dernière entre 1480 et 1500°C.

 

Le tableau 9  résume le  schéma de fonctionnement du bas fourneau.

  Ferrum Noricum 9 bis

4. De la fonte blanche lamelleuse au Ferrum Noricum.

    Du haut  fourneau au bas  fourneau.

 

Formation dans la zone de réduction du bas fourneau d'une fonte contenant du manganèse sous forme de carbure mixte fer-manganèse.

Les résultats de la recherche interdiciplinaire menée en Carinthie à Semlach-Eisner depuis plusieurs années (Brigitte Cech, Die Produktion von Ferrum Noricum am Hüttenberg Erzberg, Wien 2008) permettent la vérification de ce mode de fonctionnement   du bas fourneau de Semlach Eisner. Ces résultats rendent  possible en effet  la comparaison  de l'expérience de Stengel  de marche en réduction directe (accidentelle) du haut fourneau de Hamm en 1828, à celle du bas fourneau de Semlach Eisner produisant par réduction directe à l'époque romaine le  Ferrum Noricum  à partir de minerais identiques  à ceux utilisés en 1826 au Siegerland pour fabriquer la  fonte blanche lamelleuse.

La composition de la fonte formée dans la zone de réduction du bas fourneau peut être assimilée à celle de la fonte la plus froide produite au haut fourneau en allure habituelle de fonte blanche lamelleuse;  cette  fonte blanche "grenue"ou " caverneuse", formée par une surcharge aussi grande que possible en minerai contient 1.79% de Mn% et 2.91% de C combiné (Karsten 1827, 219).

 

En alourdissant  à l'extrême la charge de minerai,  Stengel a obtenu au haut fourneau de Hamm la production  accidentelle  par réduction directe  de fer doux et malléable, c'est-à-dire  le passage de la marche en réduction indirecte à la marche en réduction directe.

Faute de pouvoir établir un bilan matière de l'opération,  nous considérerons que  l'augmentation de la charge de minerai nécessaire à la production de fer sans carbone a d'abord empêché la réduction de MnO et donc la formation de fonte dans la zone de réduction du haut fourneau. La composition du laitier a évolué vers celle donnée par Karsten  pour le laitier de surcharge  soit

[SiO2% = 38, (FeO+MnO) % = 50, (Al2O3 et divers)%= 12]

pour un point de fusion de 1250° environ.

 

Mais au bas fourneau la composition du laitier final est différente  surtout moins riche en silice. Le laitier final de Semlach-Eisner n'est ni fusible, ni fluide,

[SiO2= 25%, (FeO+MnO+K20) %= 64 et divers (Al2O3 et divers)%=11]

Il se ramollit  entre 1260 et 1290°C, est presque fondu à 1470-1480°C,  et ne l'est complètement qu'à 1480-1500°C. (Preszlinger 2008, 235).

Le déficit en silice du laitier final de Semlach Eisner (confirmé par celui des laitiers de Knappen- berg et Altbergbau -voir tableau n°1), semble donc une caractéristique de la fabrication du Ferrum Noricum au moins dans l'Hüttenberger  Erzberg qui demande explication.

 

3.3.3. La réduction du minerai de fer spathique manganèsifère au bas fourneau

 

Réduction partielle du minerai et production d'une fonte contenant du manganèse sous forme de carbure et du carbone entièrement combiné.

Dans cette hypothèse réétudiée, la zone de réduction qui occupe la  partie supérieure du bas fourneau  est  comme au haut fourneau,  comprise entre le niveau de chargement  et  le "niveau de fusion",  en dessous duquel selon Karsten se forme le laitier et qui correspond sensiblement à l'isotherme 1200°C. Les dimensions de la zone de réduction du bas fourneau empêche que la réduction y soit complète 

Comme au haut fourneau (Karsten 1830, I, §317; Stengel 1828, 260), la fonte, contenant fer et manganèse réduits sous forme de carbures, se forme  entre 1100 et 1180°C°C sort liquide de la zone de réduction comme le montrent les reconstitutions expérimentales (Straube 1964, 25, fig. 10). Cette fonte  sort liquide de la zone de réduction. En sort également du minerai qui a échappé à la réduction soit totalement, soit partiellement.

La plupart des archéologues contemporains, la plupart limitent le rôle de l'oxyde de manganèse au bas fourneau à un passage direct dans le laitier qu'il rend moins oxydant que l'oxyde de fer, d'autres contestent sa réduction tout  en observant ses effets  (Truffaut 2008, Proceedings Huttenberg 2008, à paraître),  d'autres enfin constatent la réduction de l'oxyde de manganèse (inclusions de sulfure de manganèse) sans l'expliquer ou en évoquant  de "mystérieux" mécanismes catalytiques (Cantelaube 2005, 285).

En fait, quelques années seulement après la découverte de la nature métallique du manganèse, Vergnies de Bouisschère, maître de forges  dans les Pyrénées Ariègeoises confirmait que la forge catalane ne produisait d’acier qu’alimentée avec de "belles mines spathiques noires... abondam-ment chargées de manganèse" (Picot de la Peyrouse, 276.). Quelques années plus tard, il écrivait  à un correspondant que pour traiter un minerai par la méthode catalane, il fallait que ce minerai soit bien fusible et  "porte en lui-même son fondant, qu'alors il se forme  (au bas de la zone de réduction du foyer catalan)  une voûte de  mine agglutinée, qui s'étend aux deux tiers du feu. La flamme concentrée sous cette voûte fait tomber la fonte en larmes…" (De Dietrich 1785, lettre de Vergnies de Bouisschère du 4 août 1785).

 

Quarante ans après  Vergnies de Bouisschère,  Karsten écrit  que "les minerais manganèsifères étaient particulièrement disposés à donner de l’acier et que cela leur a valu le nom de mines d’acier, par l’effet du mode de combinaison du carbone avec une forte dose de manganèse" (Karsten 1830, §291).

 

L''avis des métallurgistes des XVIIèmeet XVIIIème observateurs du comportement du manganèse à la forge catalane ou au haut fourneau produisant à grande échelle  de la fonte blanche lamelleuse, confirme l'hypothèse de 2008 qui s'appuie sur des travaux archéologiques contemporains : c'est la formation de  carbure mixte de manganèse et de fer dans la zone de réduction suivie d'une oxyda-tion partielle dans la zone de fusion qui y rend possible la fabrication du Ferrum Noricum au bas fourneau. Cette conclusion s'appuie sur plusieurs travaux d'archéologie expérimentale  dont les auteurs doutent souvent de la réduction du manganèse au bas fourneau  à cause de sa plus grande affinité pour l'oxygène que le fer (Truffaut 2008, à paraître).

 

La différence avec le haut fourneau en allure de fonte lamelleuse et le bas fourneau produisant du Ferrum Noricum est que tout le le FeO n'est pas réduit au bas fourneau.

Les  taux  de réduction de FeO et MnO  atteints au bas fourneau de Semlach-Eisner ne sont pas connus. Un calcul de simulation basé sur l'analyse  du laitier réellement produit indique que le taux de réduction global de (FeO+MnO) serait de l'ordre de 55%. Par comparaison,  les laitiers de haut fourneaux à Lohe ou Hamm  accusent des teneurs en FeO très faibles,  voisines de 1%.

Les éléments scorifiables libérés par la réduction  et le minerai  cru ou partiellement  réduit reste sous forme solide, et donc incapables de décarburer la fonte; l 'exemple  de la forge catalane  montre que  FeO doit être fondu et présent sous forme liquide pour pouvoir oxyder et  décarburer la fonte

 

 

3.4. La zone de fusion du bas fourneau

 

La forme du bas fourneau qui s'élargit au niveau des arrivées d'air et l'inclinaison des orifices de soufflage libère  le centre de cette zone de fusion où  s'écoule la fonte qu'une oxydation partielle  transforme en acier  (cette oxydation touche d'abord le carbure de manganèse, puis une partie du carbone restant).

Les analyses des  produits métalliques découverts sur le site: -bloom  ferritique et morceau de fonte  (Preszlinger 2008, 239-241), -fragments de fonte blanche, grise, et truitée, acier hyper-eutectoïde (Birch to publish, 2)  correspondent d'ailleurs à des produits  intermédiaires entre la fonte blanche fusible pénétrant dans la zone de fusion et le Ferrum Noricum final .

 

Cette fonte blanche fusible est accompagnée d'un laitier "primaire" très fluide qui se se forme très rapidement  sous le niveau de fusion à partir des matières scorifiables libérés par la formation de la fonte et s'écoule vers le creuset en protégeant partiellement la fonte de l'oxydation.

La composition de ce laitier primaire  est analogue à celle observée au haut fourneau produisant le même genre de fonte, c'est-à-dire qu'il ne contient pas ou sinon des traces de FeO (Karsten 1827, 219). Les produits finaux sont un bloom d'acier: le Ferrum Noricum, et un laitier "final" riche en FeO   à point de fusion élevé; la température du laitier final à Semlach-Eisner est comprise entre 1260 et 1500°C (Prezlinger 2008, 235) .

 Cette température élevée indique que pour donner le laitier final, le "laitier primaire" a digéré un "laitier secondaire" peu fusible formé   dans la partie la plus chaude de la zone de fusion (zone de combustion  devant la tuyère –frange c) à partir de minerai peu fusible, cru ou  réduit lors de son passage dans la zone de réduction . 

Pour comprendre le fonctionnement du bas fourneau de Semlach Eisner, il est donc nécessaire de caractériser  ces trois  laitiers primaire, secondaire et final.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edmondtruffaut
commenter cet article

commentaires