Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 16:57

    4. Développement de la métallurgie du fer au Sauerland de la Mark.

 

 

Le développement de la métallurgie du fer au Sauerland de la Mark commence au VIIème siècle à l’arrivée de colons saxons.

L’arrivée des saxons au Sauerland.

Les archéologues relèvent les premiers signes de la métallurgie du fer au Sauerland de la Mark, au VIIéme siècle, à l’arrivée des saxons ; bien plus tard donc qu’au Siegerland voisin où dès 600BC, les Celtes avaientt trouvé le minerai de fer spathique manganèsifère qu’ils dédiaient à la fabrication des armes (figure 6).

 

Figure 6 Situation du Sauerland hors du monde celtique

(D’après Barry Cunliffe 1997, 312. Répartition des épées en fer Halstattiennes )

Le Siegerland est à la limite du monde celte. Oppidum de Dünsberg

 

 sauerland figure 5-copie-1

 

Ce retard considérable s’explique par des conditions de peuplement fort différentes.

L’apparition de la métallurgie du fer dans une région donnée est liée à une présence humaine stable (paysans, forgerons) et à la présence des ressources naturelles nécessaires (minerai de fer et bois). A l’époque romaine, les ressources naturelles existent au Sauerland mais la présence humaine fait défaut. Les Sicambres dont Tacite décrit l’armement comme très pauvre en fer, ne les exploitent pas

Il faut attendre le VIIème siécle pour que cette situation change avec l’arrivée des saxons selon l’axe Altena –Cologne venus du nord, le long de la Weser, attirés par la riche vallée du Rhin, Le développement de la métallurgie du fer dans le Sauerland de la Mark est ainsi une conséquence de l’établissement des saxons dans la région (Knau 1998,153).

Venant du Schleswig-Holstein et du Jutland, où ils maîtrisaient l’extraction du fer des bog- ores locaux depuis des siècles (Pleiner 2000, 46), les saxons ont recherché un minerai de fer analogue dès leur arrivée au Sauerland.

Ils l’ont trouvé au Sauerland de la Mark . Ils ne l’ont pas trouvé au Nordsauerland (duché de Westphalie en 1804) traversé sur la route de leur migration: probablement parce que le minerai du Nordsauerland donnait lors de sa réduction au bas fourneau, un fer différent de celui qu’ils attendaient .

Les archéologues ont daté du VIIIème siècle , les premiers sites de production de fer au bas fourneau (Rennfeuer) fouillés dans le Sauerland de la Mark, Dès le début du Moyen Age du Xème au XIIIème, autour de Lüdenscheid, Kierspe, Olpe et Altena et jusque dans le Bergisches-land à quelques 30 km de Cologne (Pleiner 2000, 51), on produisait du fer et même de l’acier et de la fonte dans des fourneaux à masses , les Massenhütten (Knau et Sonnecken 1986- Knau 1992). Les sites s’implantaient le long des rivières , d’autant plus en aval que le débit d’air à souffler augmentait . Au cours des deux siècles suivants, on a produit au haut fourneau (floszofen) de la fonte transformée par affinage en fer ou en acier. Au XVIIème, après huit siècles de développement continu, les ressources naturelles en minerai de fer et en bois s’épuisaient et la Guerre de trente ans (1620-1625 pour la période Palatine) dévastait la région. Magré cela, le Sauerland de la Mark restait une région de tradition métallurgique.

A partir de l’inventaire de l’industrie du fer entre Lahn et Lippe dressé par Eversmann, on a pu établir une carte couvrant le Sauerland de la Mark, la Rhur, le Siegerland, et le Nordsauerland (duché de Westphalie en 1804).  

.Figure 7

Sites miniers et métallurgique du Sauerland de la Mark,

du Siegerland, du duché de Westphalie et de la Rhur en 1804

(d’après Eversmann)

  Sauerland figure 6

 

    

Malgré une voie de pénétration saxonne orientée nord-est au sud-ouest, les sites sont en effet rares et dispersés au Duché de Westphalie, beaucoup plus nombreux et concentrés au Sauerland de la Mark. Dans ce dernier Eversmann , les entrepreneurs de Dillingen et Héron de Villefosse observent une forte activité métallurgique transformatrice dans une région qui a épuisé ses ressources naturelles (bois et minerai de fer) depuis deux siècles .

Dans le nord du Sauerland pourtant riche en minerai, les sites archéologiques témoignant de la production du fer sont rares et dispersés. La métallurgie du fer y apparaîtra tardivement au XVIème siècle quand les marchands de minerai de Brilon et Marsberg chercheront à le faire transformer le minerai (Bergbau in Sauerland, Wikipedia 2012 ) ; par contre, ces minerais seront toujours exploités au XIXème pour alimenter les hauts fourneaux de la Rhur.

Le fait que dans le duché de Westphalie le minerai de fer soit abondant alors que les sites archéologiques attestant de la production du fer sont rares, est donc une anomalie, qui pour certains auteurs (Gorrissen 2001, Reininghaus 2010, 2011) serait due à un déficit d’études historiques et de recherches archéologiques pour le duché de Westphalie. Les recherches récentes confirment effectivement l’existence de sites archéologiques de production du fer dans le duché de Westphalie (Hinzpeter 2010), le nombre et la concentration de ces sites n’est pas comparable à ceux du Sauerland de la Mark

On peut en effet s’interroger sur la raison qui a poussé les archéologues à s’intéresser d’abord au Sauerland de la Mark ; sans doute les traces archéologiques y étaient beaucoup plus nombreuses. Toutefois un élément supplémentaire doit être pris en compte. Après une vingtaine d’années de recherche dans la région Altena-Lüderscheid , l’archéologue Manfred Sonnecken, découvreur d’innombrables sites dans le Sauerland de la Mark indique que la composition du minerai du fer y est diffère de celle du minerai du duché de Westphalie : le minerai du Sauerland de la Marck est plus riche en silice et en manganèse (Sonnecken 1971, cité par Hinzpeter 2010) .

En fait, Sauerland de la Mark et Duché de Westphalie (Nordsauerland) font partie de systèmes géologiques différents.

 

 

5. Géologie du Sauerland .

 

Le Sauerland fait partie du massif schisteux rhénan, massif de moyennes montagnes formées de plissements hercyniens. A l’époque carbonifère, le Sauerland émergé est situé au nord de la chaîne nord-hercynienne sur les rives du bassin houiller nord-européen. Ce bassin est constitué de basses terres couvertes par la forêt primaire ; il est épisodiquement inondé par la mer qui les recouvre de sédiments. En limite des terres inondables, s’est formé un gigantesque récif calcaire qui aujourd’hui karstifié recèle d’immenses cavernes à Felsenmeer, Balve et Attendorn ). Les vestiges de ce récif forment la limite géologique entre l’ouest du Sauerland, partie du massif hercynien , et le nord du Sauerland partie du bassin houiller Nord-européen (figure 2 : Senken und Kalkplatzen et figure 9).

 

Le sous-sol de la frange nord du Sauerland est si riche en houille et minerais de toutes sortes que les encyclopédies lui consacrent exclusivement leurs descriptions. Elles décrivent les cavernes calcaires de l’antique récif qui ont servi de roches encaissantes à des minerais de fer (Westfalenpost 2006), - les nombreux filons qui ont fourni du cuivre à l’âge du bronze (Köhne 2006, 147), du plomb dès l’époque romaine , - les mines de fer de la région d’Arnsberg-Brilon-Marsberg toujours exploitées au XIXéme siècle , - plus à l’est encore dans la région de Meggen, les gisements de pyrites, zinc, galène, baryte actifs au début du XXème siècle. Ces mines du nord du Sauerland sont recouvertes par plusieurs mètres de sédiments déposés par la mer au carbonifère ou situées sur des îlots émergès de la mer dévonienne (Brilon) (figure 9).

 

 

Figure 8

Paléographie du rivage du Sauerland-Ouest à la transition Dévonien Carbonifère.

(D’après Bless 1992, 693)

 

 

  Sauerland--figure-8.jpeg

 

 

 

A défaut de sites miniers importants dans l’ouest du Sauerland (Sauerland de la Mark), les zones riches en sites archéologiques sont repérées sur la carte géologique de la figure 10.

 

 

Figure  9 

Sites archéologiques (Sauerland de la Mark) et mines de fer (duché de Westphalie).

(d’après Eiserhardt 2001, Géologie des Nördliches Rheinisches Schiefergebirge)

 

 

Sauerland figure 9 

 

 

 

En jaune les vestiges du récif calcaire corallien (Niggeman 2003) séparent le Sauerland de la Mark du nord du Sauerland (duché de Westphalie) .

Dans le Sauerland de la Mark , cinq zones situées sur des synclinaux sont particulièrement riches en vestiges archéologiques

- Synclinal Remscheid-Altena. (dévonien moyen 397.106 années): sites archéologiques à Altena (1).

- Synclinal de Ebbe. (dévonien supérieur 407.106 années). Vestiges archéologiques au sud de Lüdenscheid et dans la Haute vallée de la Volme (2, 3 et 4),

-Synclinal de Müsen. sites archéologiques dans les vallées de la Loope et de la Kaltenbach. (5)

- A l’est de la carte, dans le nord du Sauerland riche en mines de fer (duché de Westphalie ) on trouve quelques vestiges archéologiques dispersés

Minéralisations.

Le Schiefergebirge présente de nombreuses zones minéralisées (Pb, Zn, Cu… et Fe) différentes suivant les districts (Hein1993, 452-459) . Lorsqu‘elle est présente dans ces minéralisations, la sidérite accuse des teneurs en manganèse qui peuvent être très diffé-rentes suivant les districts

 

 

Figure 10

Schiefergebige (D’après Hein 1993, 452-459)

en haut: Veines de minéralisation dont Ebbe Thrust (ET) et Siegerland(1)

en bas: Rapport Fe/Mn des sidérites des districts de Bensberg et du Siegerland

Métallurgie du fer : zone de fouilles archéologiques (Fe/Mn~17.5)

 

 

  Sauerland-2--figure-10-nouvelle.jpeg

 

 

Parmi les districts du Schiefergebirge concernés ici, seul le Siegerland offre des gisements de sidérite suffisamments importants pour être exploitables; ce qu n’est pas le cas au Sauerland. Toutefois le minerai de fer exploité dans le Sauerland de la Mark contient, sans être de nature sidéritique, environ 4% de manganèse.



Parmi les districts du Schiefergebirge concernés ici, seul le Siegerland offre des gisements de sidérite suffisamments importants pour être exploitables; ce qu n’est pas le cas au Sauerland. Toutefois le minerai de fer exploité dans le Sauerland de la Mark contient, sans être de nature sidéritique, environ 4% de manganèse.

Au terme d’une minéralisation peut intervenir une étape de rajeunissement au cours de laquelle peut se produit une hématisation de la sidérite. Il est vraisemblable qu‘une telle hématisation soit intervenue au Sauerland de la Mark dans les zones qu’occupent les sites archéologiques comme celui de la haute vallée de la Volme :

La vallée plus moins large, traverse sous des dépôts de graviers de sables et d’ar-giles, une zone de roches dévoniennes où dominent les formations siliceuses avec inclusions de quartzite, de poudingues, de bancs calcaires et de roches volcaniques.

Ce sous-sol a été fortement morcelé par des épisodes tectoniques. Les minéralisa-tions filoniennes n’ont plus aujourd’hui de signification économique mais elles ont jadis constitué le fondement d’une intense activité minière et métallurgique.

(Knau 1996, 309)

Au Dévonien, en limite des terres émergées et des terres inondables et donc aujourd’hui en limite du Sauerland de la Mark et du Nordsauerland, s’est formé un récif calcaire (figures 9 et 10) que les mouvements tectoniques ont fissuré. Les fissures se sont remplies d’eaux thermales chaudes qui ont déposé chimiquement différents minéraux et surtout des minerais de fer : hématite, roteisenstein, limonite …. Fissuré puis karstifié, le récif récèle d’immenses cavernes calcaires qui ont servi de roches encaissantes au minerai de fer exploité du Moyen Age au XVIIIème (plbg.de/lexikon/bergbau/mk/hönnetal )



 L’apport des archéologues dans la connaissance des minerais de fer de la région a été es-sentiel. Après quinze ans de recherches sur le terrain et de fouilles , M. Sonnecken publie en 1971 à Munster Die mittelalterliche Rennfeuer-verhüttung im märkischen Sauerland. Ergbenisse von Gelandeuntersusuchungen and Grabungen stress. Siedlung in Westfalen (Braunstein 2003, 134). Il y décrit le traitement au bas fourneau de deux qualités différen-tes de minerai de fer au Sauerland de la Mark et en Westphalie : un minerai riche en manganèse dans un four creuset travaillant à 1150°C et un minerai pauvre en manganèse et riche en silice “comme dans le district de Hönne“ (Hinzpeter 2010,1)

Les minéralisations du fer au Sauerland de la Mark et au Nordsauerland sont donc différentes , et les deux sont différentes encore de celle du Siegerland voisin repris pour comparaison dans le tableau suivant

 

Région

Siegerland (Müsen)

Sauerland de la Mark

Nordsauerland

gisement

Filonien

Filonien

Sédimentaire

Minerai de fer

Sidérite

Hématite

(Sidérite hématisée)

Roteisenstein

Mn/Fe

4.2

17.5

>100

Mn%

12

4

0.5

 

 

La géologie et le type de minéralisation distinguent donc nettement Sauerland de la Mark et Nord Sauerland, en même temps que la comparaison du développement de la métallurgie du fer dans les deux régions suggère que la qualité du minerai de fer disponible au Sauerland de la Mark présentait des qualités exceptionnelles découvertes par les premiers colons saxons au VIIIème siècle .

Neuf siècles plus tard, la raréfaction du minerai de fer (et également en bois), engage la métallurgie du fer et de l’acier du Sauerland de la Mark dans un processus irréversible d’arrêt progressif au profit de la sidérurgie naissante du Rhur Gebiet Les mines et hauts fourneaux .du participeront jusqu’à la fin du XIXème à ce nouveau déceloppement industriel.

 

Alors s’arrête l’histoire de la sidérurgie Markoise. Les paragraphes suivants tenteront d’expliquer comment ses métallurgistes réussirent au Moyen Age, à transformer le minerai de fer local en acier de haute qualité et en fer et acier Osemund.   

 

Edmond Truffaut

Le fer du Sauerland (2)

www.manganeseand steel.fr

 Septembre 2012   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Edmondtruffaut
commenter cet article

commentaires